Lead paint project in Madagascar: an interview with LEEP partner Rila Rakotomanana
Published on: May 13, 2022

Estimated reading time: 8 minutes

We’ve written this article in both English and French. Read the article in English here.

Rila Rakotomana, one of partners in Madagascar

Ministry of the Environment and Sustainable Development (MEDD) in Madagascar

Projet de peinture au plomb à Madagascar: un entretien avec Rila Rakotomanana, partenaire du LEEP (Interview in French) 

En février, nous avons interviewé Rila Albani Rakotomanana, responsable du volet pollution et produit chimique du Direction Générale du Développement Durable Ministère de l’Environnement  et du Développement Durable à Madagascar (MEDD), et l’un de nos partenaires. Le LEEP soutient Madagascar depuis avril 2021 en fournissant un financement, le protocole d’étude et des conseils techniques pour une étude sur les peintures au plomb. En août 2021, 59 échantillons de peinture ont été collectés, et les résultats de leur contenu en peinture au plomb sont arrivés en mars 2022 et seront publiés dans les semaines à venir.

Notre entretien avec Rila illustre ce que c’est que de travailler au sein du gouvernement sur une question comme la peinture au plomb. La conversation, éditée et condensée pour plus de clarté, se trouve ci-dessous.

LEEP

Pouvez-vous décrire l’endroit où vous avez grandi ?

Rila

J’ai grandi dans la capitale Antananarivo, dans le quartier de 67 Ha (67 Ha fait référence à la taille du terrain). À l’époque, toutes les maisons du quartier se ressemblaient avec leurs briques rouges et très peu de maisons étaient peintes. C’est un quartier cosmopolite. Mon endroit préféré à Antananarivo est la haute ville “vieille ville” où je viens me ressourcer et admirer l’architecture des vieilles maisons car je suis passionnée par les maisons traditionnelles malgaches.

LEEP

Pensez-vous que le public malgache est conscient de l’exposition au plomb et de la peinture au plomb ?

Rila

Le public malgache n’est pas vraiment conscient de l’exposition au plomb et les peintures à base de plomb. Lors de notre célébration annuelle, la plupart des personnes présentes ne connaissent pas l’impact des peintures au plomb sur la santé et l’environnement.

LEEP

Quel est votre rôle au ministère de l’environnement et du développement durable ?

Rila

Mon rôle au sein du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) est de travailler sur la question de la gestion durable des déchets, de la pollution et des produits chimiques afin de minimiser leur impact sur l’environnement et la santé de la population malgache.

LEEP

Comment avez-vous été impliqué dans la question de la peinture au plomb ?

Rila

A l’époque j’étais l’adjoint du point focal Madagascar de SAICM (Approche stratégique de la gestion internationale des produits chimiques).Elle était en charge de ce projet et je l’ai assisté. Depuis 2019 jusqu’à aujourd’hui, j’ai pris le relais en tant que premier responsable du projet.

LEEP

Pouvez-vous décrire ce qui s’est passé jusqu’à présent dans le projet de peinture au plomb à Madagascar ?

Rila

Rejoindre la Lead Paint Alliance

Par le biais du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, le gouvernement malgache a rejoint l’Alliance mondiale pour l’élimination de la peinture au plomb (Lead Paint Alliance) en 2018. (L’Alliance pour la peinture au plomb est un partenariat de collaboration volontaire entre les gouvernements, l’industrie privée et les ONG qui travaillent à promouvoir l’élimination progressive de l’utilisation du plomb dans la peinture). Les ministères malgaches en charge de l’Environnement et de la Santé publique ont rejoint le projet du Fonds pour l’environnement mondial (FEM)-SAICM en 2020 pour soutenir cet effort sur la peinture au plomb.

Création d’un comité intersectoriel sur la peinture au plomb

Afin de mener à bien le projet sur la peinture au plomb, un comité intersectoriel sur la peinture au plomb a été créé sous la direction des deux ministères en charge de l’environnement et de la santé publique. [2]

Élaboration d’une norme nationale visant à limiter la teneur en plomb des peintures

Madagascar a exprimé sa volonté de développer une disposition légale efficace pour le contrôle du plomb dans les peintures, que ce soit sous la forme d’une loi nationale, d’un texte réglementaire ou d’une norme nationale. Actuellement, nous avons finalisé la rédaction d’une norme nationale sur le plomb dans les peintures avec l’appui technique de la Lead Paint Alliance. Le processus d’élaboration de cette norme est mené par le Bureau de Normalisation de Madagascar, en collaboration avec le Comité des Peintures au Plomb et le Comité Technique National, [3] qui ont validé la teneur totale en plomb des peintures utilisées à Madagascar à 90 ppm (parties par million), qui sera présentée dans un atelier.

Adhésion à la Semaine internationale pour la prévention de l’intoxication par le plomb dans les peintures

Chaque année depuis 2018, nous organisons également des événements à l’occasion de la Semaine internationale de prévention du saturnisme dans les peintures.

LEEP

Quels défis avez-vous dû relever dans le cadre de votre projet sur la peinture au plomb à Madagascar ?

Rila

Nous sommes confrontés à deux défis majeurs dans le cadre de ce projet: tout d’abord, le manque de ressource financier  pour la mise en œuvre de ce projet. Cependant, le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement) et les membres de l’Alliance mondiale nous ont vraiment aidés à organiser un atelier de lancement et une consultation avec les différentes parties prenantes, ainsi qu’un soutien technique pour la rédaction de notre norme nationale sur la teneur en plomb. Le deuxième défi est de trouver un partenaire qui nous soutienne dans un projet de test de la teneur en plomb des peintures à base de solvants à Madagascar.

LEEP

En quoi l’implication du PLEE a-t-elle fait une différence, si tant est qu’elle en ait fait une ?

Rila

Le LEEP a été un partenaire stratégique dans ce projet. Je me souviens bien que je cherchais un partenaire dans tous les réseaux de l’Alliance mondiale et d’autres réseaux pour nous soutenir dans le projet de test, et quelque temps après, le LEEP m’a contacté par e-mail pour discuter du projet et a proposé de nous soutenir. Le LEEP a déjà une expérience dans ce domaine et travaille dans certains pays africains.

L’implication du LEEP a fait une grande différence car il nous a aidés à tester la teneur en plomb des peintures. Cela change la donne car les résultats de ces tests nous aideront à plaider auprès des décideurs et à prouver la teneur en plomb des peintures à Madagascar. Actuellement nous avons reçu les résultats des testes qui seront publiés officiellement.

LEEP

De quoi êtes-vous le plus fier dans votre travail jusqu’à présent ?

Rila

Même si ce projet ne bénéficie pas d’un financement important, nous avons pu élaborer la rédaction d’une norme nationale sur la teneur en plomb avec le soutien de notre bureau de normalisation de Madagascar, du comité sur la peinture au plomb, des comités techniques nationaux et de l’Alliance mondiale, qui sera en passe d’être adoptée début mai 2022.

Nous avons également eu l’occasion d’être invités en tant que panéliste lors d’un webinaire intitulé “Preventing Lead Poisoning Through Regulatory Measures to Phase Out Lead in Paint” organisé par le Bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Afrique (OMS/AFRO) pour célébrer la Semaine internationale de prévention du saturnisme en octobre 2021, où j’ai parlé des réalisations de Madagascar et partagé notre expérience stimulante et perspicace dans ce projet.

LEEP

Quels sont vos espoirs pour 2022 ?

Rila

Nous espérons que Madagascar disposera déjà de sa propre norme nationale sur la teneur en plomb, mais nous espérons également continuer à travailler sur le renforcement de ce cadre réglementaire ainsi que sur les projets de sensibilisation, le soutien aux petits producteurs de peinture et les tests de plomb. Nous espérons également poursuivre cette collaboration avec le LEEP.

Pouvez-vous décrire l’endroit où vous avez grandi ?

Rila

J’ai grandi dans la capitale Antananarivo, dans le quartier de 67 Ha (67 Ha fait référence à la taille du terrain). À l’époque, toutes les maisons du quartier se ressemblaient avec leurs briques rouges et très peu de maisons étaient peintes. C’est un quartier cosmopolite. Mon endroit préféré à Antananarivo est la haute ville “vieille ville” où je viens me ressourcer et admirer l’architecture des vieilles maisons car je suis passionnée par les maisons traditionnelles malgaches.

LEEP

Pensez-vous que le public malgache est conscient de l’exposition au plomb et de la peinture au plomb ?

Rila

Le public malgache n’est pas vraiment conscient de l’exposition au plomb et les peintures à base de plomb. Lors de notre célébration annuelle, la plupart des personnes présentes ne connaissent pas l’impact des peintures au plomb sur la santé et l’environnement.

LEEP

Quel est votre rôle au ministère de l’environnement et du développement durable ?

Rila

Mon rôle au sein du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) est de travailler sur la question de la gestion durable des déchets, de la pollution et des produits chimiques afin de minimiser leur impact sur l’environnement et la santé de la population malgache.

LEEP

Comment avez-vous été impliqué dans la question de la peinture au plomb ?

Rila

A l’époque j’étais l’adjoint du point focal Madagascar de SAICM (Approche stratégique de la gestion internationale des produits chimiques).Elle était en charge de ce projet et je l’ai assisté. Depuis 2019 jusqu’à aujourd’hui, j’ai pris le relais en tant que premier responsable du projet.

LEEP

Pouvez-vous décrire ce qui s’est passé jusqu’à présent dans le projet de peinture au plomb à Madagascar ?

Rila

Rejoindre la Lead Paint Alliance

Par le biais du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, le gouvernement malgache a rejoint l’Alliance mondiale pour l’élimination de la peinture au plomb (Lead Paint Alliance) en 2018. (L’Alliance pour la peinture au plomb est un partenariat de collaboration volontaire entre les gouvernements, l’industrie privée et les ONG qui travaillent à promouvoir l’élimination progressive de l’utilisation du plomb dans la peinture). Les ministères malgaches en charge de l’Environnement et de la Santé publique ont rejoint le projet du Fonds pour l’environnement mondial (FEM)-SAICM en 2020 pour soutenir cet effort sur la peinture au plomb.

Création d’un comité intersectoriel sur la peinture au plomb

Afin de mener à bien le projet sur la peinture au plomb, un comité intersectoriel sur la peinture au plomb a été créé sous la direction des deux ministères en charge de l’environnement et de la santé publique. [2]

Élaboration d’une norme nationale visant à limiter la teneur en plomb des peintures

Madagascar a exprimé sa volonté de développer une disposition légale efficace pour le contrôle du plomb dans les peintures, que ce soit sous la forme d’une loi nationale, d’un texte réglementaire ou d’une norme nationale. Actuellement, nous avons finalisé la rédaction d’une norme nationale sur le plomb dans les peintures avec l’appui technique de la Lead Paint Alliance. Le processus d’élaboration de cette norme est mené par le Bureau de Normalisation de Madagascar, en collaboration avec le Comité des Peintures au Plomb et le Comité Technique National, [3] qui ont validé la teneur totale en plomb des peintures utilisées à Madagascar à 90 ppm (parties par million), qui sera présentée dans un atelier.

Adhésion à la Semaine internationale pour la prévention de l’intoxication par le plomb dans les peintures

Chaque année depuis 2018, nous organisons également des événements à l’occasion de la Semaine internationale de prévention du saturnisme dans les peintures.

LEEP

Quels défis avez-vous dû relever dans le cadre de votre projet sur la peinture au plomb à Madagascar ?

Rila

Nous sommes confrontés à deux défis majeurs dans le cadre de ce projet: tout d’abord, le manque de ressource financier  pour la mise en œuvre de ce projet. Cependant, le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement) et les membres de l’Alliance mondiale nous ont vraiment aidés à organiser un atelier de lancement et une consultation avec les différentes parties prenantes, ainsi qu’un soutien technique pour la rédaction de notre norme nationale sur la teneur en plomb. Le deuxième défi est de trouver un partenaire qui nous soutienne dans un projet de test de la teneur en plomb des peintures à base de solvants à Madagascar.

LEEP

En quoi l’implication du PLEE a-t-elle fait une différence, si tant est qu’elle en ait fait une ?

Rila

Le LEEP a été un partenaire stratégique dans ce projet. Je me souviens bien que je cherchais un partenaire dans tous les réseaux de l’Alliance mondiale et d’autres réseaux pour nous soutenir dans le projet de test, et quelque temps après, le LEEP m’a contacté par e-mail pour discuter du projet et a proposé de nous soutenir. Le LEEP a déjà une expérience dans ce domaine et travaille dans certains pays africains.

L’implication du LEEP a fait une grande différence car il nous a aidés à tester la teneur en plomb des peintures. Cela change la donne car les résultats de ces tests nous aideront à plaider auprès des décideurs et à prouver la teneur en plomb des peintures à Madagascar. Actuellement nous avons reçu les résultats des testes qui seront publiés officiellement.

LEEP

De quoi êtes-vous le plus fier dans votre travail jusqu’à présent ?

Rila

Même si ce projet ne bénéficie pas d’un financement important, nous avons pu élaborer la rédaction d’une norme nationale sur la teneur en plomb avec le soutien de notre bureau de normalisation de Madagascar, du comité sur la peinture au plomb, des comités techniques nationaux et de l’Alliance mondiale, qui sera en passe d’être adoptée début mai 2022.

Nous avons également eu l’occasion d’être invités en tant que panéliste lors d’un webinaire intitulé “Preventing Lead Poisoning Through Regulatory Measures to Phase Out Lead in Paint” organisé par le Bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Afrique (OMS/AFRO) pour célébrer la Semaine internationale de prévention du saturnisme en octobre 2021, où j’ai parlé des réalisations de Madagascar et partagé notre expérience stimulante et perspicace dans ce projet.

LEEP

Quels sont vos espoirs pour 2022 ?

Rila

Nous espérons que Madagascar disposera déjà de sa propre norme nationale sur la teneur en plomb, mais nous espérons également continuer à travailler sur le renforcement de ce cadre réglementaire ainsi que sur les projets de sensibilisation, le soutien aux petits producteurs de peinture et les tests de plomb. Nous espérons également poursuivre cette collaboration avec le LEEP.

Notes de bas de page

[1] Les conseillers du projet sont le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’American Bar Association Rule of Law Initiative (ABA-ROLI), l’International Pesticide Environmental Network (IPEN), l’Agence américaine pour la protection de l’environnement (US EPA), l’International Paint and Printing Ink Council (IPPIC) et le National Cleaner Production Centre of Serbia (NCPC Serbia).

[2] Des représentants des ministères en charge de l’Industrie, du Commerce, de la Population et du Travail, ainsi que des institutions publiques, dont le Centre National de Recherche Environnementale (CNRE) et le Bureau de Norme de Madagascar (BNM), figurent également parmi les membres actifs de ce comité. 

[3] Le Comité de la peinture au plomb et le Comité technique national sont composés de fabricants, d’importateurs, d’organisations de soutien, de centres de recherche, d’universités, de ministères concernés, d’associations de consommateurs et du BNM.

The lead paint project in Madagascar: an interview with LEEP partner Rila Rakotomanana (Interview in English)

In February, we interviewed Rila Albani Rakotomanana, Head of the Pollution and Chemicals Unit of the Directorate General of Sustainable Development of the Ministry of Environment and Sustainable Development (MEDD) in Madagascar, and one of our partners. LEEP has been supporting Madagascar since April 2021 by providing funding, the study protocol, and technical advice for a study on lead paint. In August 2021, 59 paint samples were collected, and the results of their lead paint content arrived in March 2022 and will be published in the coming weeks.

Our interview with Rila illustrates what it is like to work in government on an issue like lead paint. The conversation, edited and condensed for clarity, can be found below.

LEEP

Can you describe the place where you grew up?

Rila

I grew up in the capital Antananarivo, in the 67 Ha neighbourhood (67 Ha refers to the size of the land). At the time, all the houses in the neighbourhood looked the same with their red bricks and very few houses were painted. It is a cosmopolitan neighbourhood. My favourite place in Antananarivo is the upper town “vieille ville” where I come to recharge my batteries and admire the architecture of the old houses because I am passionate about traditional Malagasy houses.

LEEP

Do you think the Malagasy public is aware of lead exposure and lead paint?

Rila

The Malagasy public is not really aware of lead exposure and lead-based paints. At our annual celebration, most people present were not aware of the impact of lead-based paints on health and the environment.

LEEP

What is your role at the Ministry of the Environment and Sustainable Development?

Rila

My role within the Ministry of Environment and Sustainable Development (MEDD) is to work on the issue of sustainable management of waste, pollution and chemicals in order to minimise their impact on the environment and the health of the Malagasy population.

LEEP

How did you become involved in the lead paint issue?

Rila

At that time I was the deputy of the SAICM (Strategic Approach to International Chemicals Management) Madagascar focal point, and I assisted her. From 2019 until today, I have taken over as the first project manager.

LEEP

Can you describe what has happened so far in the lead paint project in Madagascar?

Rila

Joining the Lead Paint Alliance

Through the Ministry of Environment and Sustainable Development, the Malagasy government joined the Global Lead Paint Alliance in 2018. (The Lead Paint Alliance is a voluntary collaborative partnership of governments, private industry and NGOs working to promote the phase-out of lead use in paint). ) Madagascar’s Ministries of Environment and Public Health joined the Global Environment Facility (GEF)-SAICM project in 2020 to support this effort on lead paint.

Creating an intersectoral committee on lead paint

In order to carry out the lead paint project, an intersectoral committee on lead paint was created under the leadership of the two ministries in charge of the environment and public health. [2]

Developing a national standard to limit lead in paint

Madagascar has expressed its willingness to develop an effective legal provision for the control of lead in paint, whether in the form of a national law, a regulatory text or a national standard. Currently, we have finalised the drafting of a national standard on lead in paint with the technical support of the Lead Paint Alliance. The process of developing this standard is being led by the Bureau de Normalisation de Madagascar, in collaboration with the Comité des Peintures au Plomb and the Comité Technique National, [3] who have validated the total lead content of paints used in Madagascar at 90 ppm (parts per million), which will be presented in a workshop.

Joining the International Week for the Prevention of Lead Poisoning in Paints

Every year since 2018, we have also been organising events for the International Lead Poisoning Prevention Week in Paintings.

LEEP

What challenges did you face in your project on lead paint in Madagascar?

Rila

We are facing two major challenges in this project: firstly, the lack of financial resources for the implementation of this project. However, UNEP (United Nations Environment Programme) and members of the Global Alliance have been very helpful in organising a kick-off workshop and consultation with different stakeholders, as well as technical support in drafting our national lead content standard. The second challenge is to find a partner to support us in a project to test the lead content of solvent-based paints in Madagascar.

LEEP

How has LEEP’s involvement made a difference, if at all?

Rila

LEEP was a strategic partner in this project. I remember well that I was looking for a partner in all the Global Alliance networks and other networks to support us in the testing project, and sometime later LEEP contacted me by email to discuss the project and offered to support us. LEEP already has experience in this area and is working in some African countries.

LEEP’s involvement has made a big difference because they have helped us test the lead content of paints. This is a game-changer because the results of these tests will help us to advocate with decision-makers and prove the lead content of paints in Madagascar. Currently, we have received the test results which will be published officially.

LEEP

What are you most proud of in your work so far?

Rila

Although this project does not have significant funding, we have been able to develop a national lead content standard with the support of our Madagascar standards office, the lead paint committee, national technical committees, and the Global Alliance, which will be on track for adoption in early May 2022.

We also had the opportunity to be invited as a panelist in a webinar entitled “Preventing Lead Poisoning Through Regulatory Measures to Phase Out Lead in Paint” organised by the World Health Organization Regional Office for Africa (WHO/AFRO) to celebrate International Lead Poisoning Prevention Week in October 2021, where I spoke about Madagascar’s achievements and shared our challenging and insightful experience in this project.

LEEP

What are your hopes for 2022?

Rila

We hope that Madagascar will already have its own national standard on lead content, but we also hope to continue working on strengthening this regulatory framework as well as on awareness-raising projects, support for small-scale paint producers, and lead testing. We also hope to continue this collaboration with LEEP.

Footnotes

[1] Advisors to the project are the United Nations Environment Programme (UNEP), the World Health Organization (WHO), the American Bar Association Rule of Law Initiative (ABA-ROLI), the International Pesticide Environmental Network (IPEN), the US Environmental Protection Agency (US EPA), the International Paint and Printing Ink Council (IPPIC) and the National Cleaner Production Centre of Serbia (NCPC Serbia).

[2] Representatives of the Ministries of Industry, Trade, Population and Labour, as well as public institutions, including the National Environmental Research Centre (CNRE) and the Bureau de Norme de Madagascar (BNM), are also among the active members of this committee. 

[3] The Lead Paint Committee and the National Technical Committee are composed of manufacturers, importers, support organisations, research centres, universities, relevant ministries, consumer associations and the BNM.